Le Bois de la Grappe est en danger !

Le charmant petit bois à l’angle des avenues du Globe et Fontaine Vanderstraeten (Forest, région bruxelloise), qui apporte ses bouffées d’oxygène à l’ensemble du quartier, est menacé de disparition imminente.


A la place, s’élèveront 2 longs bâtiments de 3 niveaux (37 logements).

Un groupe de riverains s’est mobilisé en comité de quartier pour convaincre les autorités publiques de reconsidérer le projet dont les inconvénients sont nombreux :

– Le projet implique l’abattage de 78 arbres, soit la quasi-totalité du bois et ceci sans inventaire préalable de sa faune ni de sa flore.

– Pour tous les riverains, l’impact sur le paysage et son caractère arboré sera considérable.

– Le terrain choisi pour les nouvelles constructions surplombe les habitations environnantes. Les risques de glissements de terrain et d’inondations ne sont donc pas négligeables (à lire : Rôles de l’arbre en ville  ! )

– Le projet souffre d’un manque flagrant de cohérence et d’unité architecturale et dénature l’harmonie d’ensemble de la Cité-jardin Messidor.

– Les plans prévoient seulement 8 à 10 places de parking pour une quarantaine de logements. Cette carence ne manquera pas d’aggraver les soucis de circulation et de stationnement dans ce quartier tristement célèbre pour ses encombrements les soirs d’évènements à Forest National.

Malgré l’avis défavorable de Monuments et Sites exprimé lors d’une réunion de concertation et d’une pétition de plus de 1300 signatures contre le projet, le permis d’urbanisme a été délivré.

L’abattage des arbres et les travaux peuvent commencer à tout moment !

Les membres du comité ont assumé financièrement les premières démarches juridiques et les consultations d’experts en la matière.

La prochaine (et dernière) étape de cette action en faveur de la qualité de vie du quartier prend la forme d’un recours en annulation devant le Conseil d’État.

Pour mener cette action à son terme, il faut envisager des frais administratifs, de justice et d’avocat, pour un montant estimé à 10.000 euros
C’est une démarche coûteuse que le comité ne peut plus assumer seul.

C’est pourquoi il sollicite votre soutien financier.

Dans ce but, ce financement participatif a été ouvert et toute contribution (même minime) est bienvenue.

C’est notre dernière chance de pouvoir empêcher ce projet.
Ensemble, nous pouvons le faire !

Recensement des arbres, arbustes et végétaux à écorces du bois de la rue Fontaine Vanderstraeten/Cité Messidor.
Effectué le 11 novembre 2018.

20 espèces recensées :
– Aubépine à 1 style (Crataegus monogyna)
– Charme (Carpinus betula)
– Chêne pédonculé (Quercus robur)
– Cornouiller (sanguin – mâle) (Cornus (sanguinae – mas))
– Cyprès de Lawson (Chamaecyparis lawsoniana)
– Epicéa (Picea abies)
– Erable plane (Acer platanoïdes)
– Erable sycomore (Acer pseudoplatanus)
– Frêne (Fraxinus excelsior)
– Hêtre (Fagus sylvatica)
– Marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanea)
– Merisier (Prunus avium)
– Noisetier (Corylus avellana)
– Orme champêtre (Ulmus minor)
– Renouée des Haies (Fallopia dumetorum)
– Rhododendron (idem)
– Robinier (Faux Acacia) (Robinia pseudoacacia)
– Sureau noir (Sambucus nigra)
– Tilleul à petite feuille (Tilia cordata)
– Troène des haies (Ligustrom vulgare)

================

Observation jusqu’à la fin 2016

Outre les nombreux arbres des différentes essences, on trouvera ci-dessous un aperçu non limitatif de la flore et de la faune observées au cours des années 2015 et 2016, dans le bois de la Cité Messidor (rue Fontaine-Vanderstraeten)

L’astérisque (*) indique les observations de Léon Meganck, naturaliste, réalisées dans les années 90.

Flore
– Mauve des bois
– Jacinthe des bois
– Perce Neige (espèce protégée niveau 2)
– Helleborevert (Helleborus viridis) *
– Gouet maculé (Arum maculatum) *

Faune sauvage
– Bécasse des bois (Scolopax rusticola) *
– Chauves-souris
– Écureuils
– Hérissons
– Renards
(nous avons pu constater la coïncidence de la présence des renards avec la disparition des rats, nombreux dans cette zone avant l’apparition des goupils)

Faune ornithologique
– Corneilles
– Fauvette à la tête noire et la babillarde *
– Geais
– Grives
– Merles
– Mésanges bleues
– Mésanges charbonnières
– Pics épeiches
– Pics verts
– Pies
– Sitelles
– Troglodytes
– Autres passereaux non identifiés
– Aperçu à plusieurs reprises : un rapace à la verticale du bosquet

Faune enthomologique
– Abeilles fouisseuses
– Abeilles osmies
– Bombyliidae (ou mouche colibri)
– Bourdons
– Demoiselles
– Guêpes ichneumon
– Libellules

================

Observations de Léon Meganck, naturaliste, dans les années 90 :

« La chênaie se développe admirablement près des derniers vestiges du mur noir en haut de la Rue Fontaine Vanderstraeten. Le robinier, Robinia pseudo-acacia, l’érable sycomore, Acer pseudo-platanus, et l’orme champêtre, Ulmus campestris y prolifèrent. Le lieu est investi de lierres, de ficaires, de compagnons rouges et de graminées diverses. Le tout offre encore un biotope très favorable  à une vie  sauvage. Le pigeon ramier s’y plaît, le merle et la grive musicienne en font un de leurs séjours favoris. Au printemps, le sous-bois résonne du chant cristallin des fauvettes : celles à la tête noire et la babillarde, des mésanges et des pics. Parfois un mulot se laisse admirer au bord de son trou et le hérisson fouille encore la feuillée … »

En outre, «  Une fleur inattendue y fait la Une dans les sous-bois, l’Helleborevert Helleborus viridis, dont il n’existe  que trois autres stations en région bruxelloise et qui profite ici des affleurements calcaires. Il y est associé avec les touffes émouvantes du perce-neige, Galanthus nivalis, et le gouet maculé, Arum maculatum. La bécasse des bois, Scolopax rusticola, s’arrête  parfois sur la feuillée et parmi les ronces. L’écureuil roux y fait de fréquentes apparitions. »

Site Internet du crowdfunding: https://www.gofundme.com/sauvons-le-bois

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *